Service civique

Le service civique, quèsaco ?

Un mode d’engagement malheureusement souvent trop méconnu. Un site internet très bien conçu permet d’en savoir plus et d’avoir, via un moteur de recherche interne, accès aux différentes missions disponibles, en France, en Outre-Mer ou à l’étranger.

En quelques mots :
« Un engagement volontaire (VSC) au service de l'intérêt général, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans conditions de diplôme ; seuls comptent les savoir-être et la motivation.
Le Service Civique, indemnisée 573 euros net par mois, peut être effectué auprès d’associations, de collectivités territoriales (mairies, départements ou régions) ou d’établissements publics (musées, collèges, lycées…), sur une période de 6 à 12 mois en France ou à l'étranger, pour une mission d'au moins 24h par semaine. Un engagement de Service Civique n'est pas incompatible avec une poursuite d'études ou un emploi à temps partiel.

Il peut être effectué dans 9 grands domaines: culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d'urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, sport. »
www.service-civique.gouv.fr

De l’école d’ingénieur à un VSC à Mayotte…

La sempiternelle question : « Mais que fais-tu ici ?? ». Cela peut en effet paraître étrange et atypique aux yeux de certains, mais le choix d’une mission de service civique était très réfléchi. Après plusieurs années dans les livres à étudier, l’envie de découvrir d’autres horizons et de mettre à profit les divers enseignements perçus durant ma formation est devenue vitale. Pourquoi ne pas s’investir dans une mission humanitaire quelques mois avant de rentrer dans le monde du travail ? Ce serait l’occasion de pouvoir user de la chance d’avoir fait des études, et par la même occasion de voyager. Oui mais voilà, entreprendre une mission humanitaire n’est pas si facile. Souvent onéreux et compliquée à organiser, il m’était difficile de m’engager de la sorte. C’est là que la mission de service civique prend tout son sens. Pouvoir s’engager volontairement dans une mission (et le choix est large !! Enseignement, environnement, entreprenariat, humanitaire…) pour une durée « moyenne » fixée, avec un statut reconnu et une « indemnité » qui sans réellement gagner d’argent permet de rentrer dans ses frais. Un « semi volontariat » en somme, ou un accompagnement et un encadrement du volontaire est bien établi.

Pourquoi le BSMA de Mayotte ?

On rentre dans le vif du sujet… La réponse est assez simple : quelques expériences en enseignement (cours particuliers à plusieurs niveaux, stage dans l’école d’une prison durant mes études, etc), et une volonté d’évasion m’ont fait sauter sur l’occasion ! Ma mission ici consiste dans l’accompagnement des jeunes volontaires stagiaires du SMA jusqu’au passage de leur diplôme du CFG (Certificat de Formation Générale), qui leur permet d’accéder au précieux CAPI. Il s’agit en fait de remettre à niveau les stagiaires en maths et français, parfois de manière peu orthodoxe ! La différence de culture et des modes d’enseignement amènent bien souvent à aborder des sujets « classiques » sous des formes originales ! Au-delà de l’aspect purement scolaire, il s’agit d’une expérience humaine formidable. Voir des jeunes motivés, passant leur 1er examen, et pouvoir partager leur joie le jour des résultats et de la remise de leur CAPI. Voilà le cœur de la mission…